Elisa Rigoulet
Paris & Brussels based curator and writer
Co-Founder of Exo Exo http://exoexo.xyz


#writing

on Simon Martin

La lumière constitue la matière première de la peinture de Simon Martin. A la manière de Giorgio Morandi, l’artiste veut réduire l’objet pictural à ce qu’il désigne comme le « volume le plus synthétique possible », filtrer toute narration parasitaire, tout élément de contexte, toute intention d’ornement ou de décor pour extraire l’essence contenue dans la variation des tons, la clarté, la profondeur.

Dépouiller la forme figurative, évacuer la question du sujet pour peindre ce que l’on a devant soi. L’artiste va chercher dans son travail de composition qu’il découpe en plusieurs séquences et en plusieurs temps, la nonchalance de modèles à l’état de repos, tranquilles, sereins. Pourtant, ce composé de réalité, finalement dense et intense, est loin de se montrer paresseux, dissout la dureté minérale des gris pour en faire des bleus, des bruns, pour arracher avec force un peu de douceur à la rigidité.

« J’ai envie d’être heureux » confie Simon Martin, le visage apaisé à l’image de ses figures. Les troubles perceptifs à l’œuvre dans ses tableaux s’immiscent dans un espace entre spontanéité et composition. Au service de l’expression, la lumière-matière délaisse la narration pour programmer son propre voyage où la puissance se montre paisible, où somnole le grandiose.