Elisa Rigoulet
Paris & Brussels based curator and writer
Co-Founder of Exo Exo http://exoexo.xyz


#writing

on Matthieu Haberard

L’iconographie est à comprendre ici au sens scientifique du terme, à savoir l’étude méthodique des représentations plastiques d’un sujet donné, leurs sources, leurs significations et leur classement. Associée au Moyen-Age - qui marque son apparition - et transposée au présent, elle opère d’abord un saut dans le temps. Puisant dans le registre des marchands, de la circulation des biens et des étales de présentation, les volumes constitués de cartons, métal, tissus et bois associent souvent le contenu au contenant, au packaging. Eclatés, les procédés plastiques et les techniques de production englobent découpage, assemblage, soudure, peinture, collage. Précis et hétérogènes, les objets forment ensemble un échantillon, une « culture ».

Ils puisent ainsi à l’intemporel tout en s’installant dans l’actuel, rallumés comme après un long voyage. Leurs sources et leurs sens se croisent pour en révéler la puissance de dispersion. Car l’incrustation de la forme, sa mémoire, restent en effet fantasmagorique. Il s’agit au contraire de désillusionner cette image, différer son attachement référentiel, son aptitude sensationnelle. L’objet est réel, sa matière, mais son image et ses référents spectraux. Insomnia Market procède ainsi la nuit dans un monde fictionnel essentiellement constitué de symboles. Une métaphore filée de la peste noire qui propage et mixe ses représentations dans un désordre sémantique (le rat, le docteur, les tombeaux, …). Tout le travail consiste à propulser la représentation au-delà de ses intentions initiales. Garder nomades les significations qui tentent, insistantes, de s’implanter.